Bienvenue dans un monde où se côtoient humains, fées, sirènes, vampires, loups et tigres modificateurs... Bienvenue sur After The Dawn !
 
Bonjour, le forum est fermé. Merci à tous pour ces délicieux moments.

Partagez | 




 

 Si l'avenir avait le goût du sang - Pv Lucius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

✽ Fondatrice adorée ✽ Prisonnière

avatar

Hey ! Moi c'est
Isabella M. Cullen

♦ Date d'inscription : 02/07/2013
♦ Messages : 659
♦ Points rp : 144
♦ Âge du Perso : 119 ans
♦ Localisation : Château de Forks

♦ Amour(s) : Edward, Nessie & ma famille
♦ Humeur : Calme
♦ Disponibilité rp : Libre
♦ Double(s) compte(s) : Ylisse L. Abrosiam, Ermès J. Delmonte, Eliez M. Aderdween.

MessageSujet: Si l'avenir avait le goût du sang - Pv Lucius   Ven 21 Mar - 21:19






Isabella & Lucius



Quand il est mort, quand Edward est mort, j'avais été persuadée qu'on m'avait tuée en même temps. Car à cet instant précis, tout avait disparu. Tout était devenu irréel. Aucune émotion n'avait pu me transpercer, car je n'existais plus. Bella Swan, Bella Cullen ... Elles étaient mortes avec lui. Je ne sais pas du tout ce qui était resté à leur place. Peut-être juste une mère. La plupart des gens que j'aimais étaient morts aussi, mais pas ma fille, ni ma petite fille d'après ce que je savais. Mais je n'étais plus sûre de rien. Dans mon esprit totalement embrumée par la douleur, par un chagrin qui n'avait pas de mot, ni même de geste pour être exprimé, je savais qu'elles vivaient encore. Nous avions fait ce qu'il fallait pour les mettre en sécurité. Mon devoir était de veiller sur elles. Même si je n'étais plus qu'une ombre. Un corps sans âme...
Je ne comprenais pas pourquoi on m'avait laissé vivre, pourquoi on m'avait laissé ce fardeau. Mais j'avais laissé juste cet instinct, réminiscence de l'être que j'avais pu être, parler. J'avais quitté Forks dans une fuite désespérée, je m'étais déguisée en humaine, j'avais teint mes cheveux en blond, j'aurais fait n'importe quoi pour me défigurer si ça avait été possible, pour changer mon apparence. Ensuite de quoi, j'étais décidée à les retrouver, ou tâcher de vérifier qu'elles soient réellement toujours en sécurité.
Mais les Aderdweens m'avaient retrouvée avant. Comme s'ils m'avait laissé fuir pour mieux me voir dépérir de retrouver ceux qui avaient tout anéanti en moi. Je pense d'ailleurs que c'était le but d'Eliez : me torturer. Son plaisir s'y résumait, c'était la seule raison pour laquelle je " vivais " encore.
Aussitôt, on m'avait enfermée, affamée. Impossible de m'ôter la vie toute seule. Puis on m'avait donné un humain. En moi, il n'y avait qu'un grand vide. J'avais peu de force. La faim, elle, était insupportable, c'est elle qui avait commencé à prendre le dessus sur toutes mes émotions, sur ce qui me restait d'âme. Alors quand ils avaient percée sa gorge pour que le sang coule, j'avais bu, en un instant j'étais sur lui, en un instant j'avalais ce sang ... cette ambroisie inconnue jusqu'alors.
Le sang avait tout réveillé en moi. Un délice pour lequel je n'avais pas de mot. Il était puissant, une émotion proche de l'ivresse et de la folie. Tout à coup j'étais vivante à nouveau. Cela m'avait permis de me rendre compte de ce que je faisais. La voix d'Edward raisonnait dans ma tête à nouveau, comme lorsqu'il m'avait quitté du temps de mon humanité.

J'avais lâché l'humain, lui laissant la vie. Je ne voulais pas devenir ce monstre qu'Edward avait toujours cru être, ce monstre qu'il craignait aussi que je devienne par sa faute. Jamais.

Les Aderdweens avaient donc remarqué que pour ne pas tuer, je refusais désormais de boire à nouveau. Alors, ils m'avaient emmenés dans ce lieu de perdition. Ici luxure et violence était le mot d'ordre. Des fées étaient prisonnières pour donner leur corps et leur sang dont se repaissaient les vampires. Mais l'avantage, c'est que la morsure ne les transformaient pas et qu'elles guérissaient plus vite que les humains. Nous pouvions donc boire leur sang sans les tuer.

J'essayais de résister. Mais j'étais tenté par tout les portes ma peau, tentée à la folie... J'avais faim... c'était insupportable et seul le souvenir de ce sang humain avalé une fois me restait en mémoire. Je n'étais plus capable de penser à autre chose. La faim commençait à tout effacer. Une vaine lutte s'instaurait en moi. Dans les pièces d'à côté, j'entendais des gémissements, ceux des vampires qui n'hésitaient pas à se sustenter, eux. L'odeur des fées étaient insupportablement bonne. Je ne savais plus comment y résister. Je ne voyais même pas comment y résister. J'étais repliée sur moi, dans un coin, tâchant de ne pas respirer. Dans ma tête, le vide était si complet que je me demandais pourquoi j'étais là. Qui j'étais. Pourquoi, oui pourquoi je m'évertuais à refuser ce que je désirais le plus au monde, ce qui allait et pouvait effacer la douleur, pour le remplacer par une sensation d'ivresse suprême : le sang. Je voulais ce sang.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar

Hey ! Moi c'est
Invité


MessageSujet: Re: Si l'avenir avait le goût du sang - Pv Lucius   Dim 23 Mar - 8:37


Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu’elle s’interdit
Bella & Lucius


Affalé dans un fauteuil, les dents plantées dans le cou d’une charmante petite fée, Lucius s’abreuvait à grandes gorgées. Il n’avait pas envie de jouer ce soir, la soif était trop pressante et il commençait à se lasser de ces sempiternelles visites. Depuis quelques mois déjà, il passait presque chaque jour au bordel d’Eden. Jour après jour, semaine après semaine le vampire était venu chercher ici le brin de folie, de plaisir, d’excitation qui manquait à son immortalité ces derniers temps. La chute des Cullen lui avait ôté sa principale source de distraction. Combat et destruction avaient toujours menés sa vie, sachant lui donner les frissons nécessaires, mais avec la disparition de leurs ennemis, le voilà qui s’était retrouvé avec uniquement des fées et des humains sur les bras. Alors bien sûr, question palais, il n’avait rien à redire, mais niveau opposition on repassera. Depuis qu’Eliez avait mis Edward Cullen à mort, tous les jours se ressemblaient à s’y méprendre. En fait, pour être tout à fait honnête, il s’emmerdait et les petits jeux que proposait la maison n’arrivaient plus à le distraire. Il lui fallait quelque chose de nouveau.
Avalant une dernière gorgée de sang chaud, Lucius repoussa la fée qui s’effondra au sol en gémissant. Levant les yeux au ciel devant un spectacle aussi pathétique, il se releva et enjambant le corps frêle de la créature, le vampire s’engagea dans le couloir menant à la pièce principale. Une vingtaine de vampire se trouvait dispersés dans la salle et un petit attroupement c’était formé près d’une petite estrade. Ce qu’il vit alors arracha un rire un peu médusé à l’immortel.
Agrippé à un barre de pole dance, Eden le propriétaire du bar se trémoussait maladroitement sous les rires et cris d’encouragement de ses plus grands habitués. La fée avait revêtu pour l’occasion un magnifique string rose pailleté et tentait vainement de s’accrocher à la barre en tentant des déhanchés approximatifs. Il y avait tout à parier que la scène sortait tout droit de l’esprit un tantinet torturé et lubrique à souhait d’Ariadna. D’ailleurs celle-ci n’était pas bien loin, et c’est confortablement installé qu’elle se rinçait l’œil. Bah…au fond cet endroit savait encore le surprendre, il allait finalement encore rester un peu.

Son attention fut cependant bien vite attirée par un autre spectacle qui se promettait tout aussi intéressant. Escortée par deux gardes du nouveau roi, Isabella Cullen venait de faire son entré dans la pièce. Un léger froncement de sourcils déforma furtivement les traits parfaits du vampy alors qu’il regardait passer le petit groupe non loin de lui. Nouvelle idée d’Eliez ou initiative osée des deux jeunes vampires qui la gardait ? Aucune idée, mais cela valait certainement la peine de s’y attardé un moment. Un sourire mauvais se dessina sur ses lèvres alors qu’il se remémorait sa rencontre avec la belle. Lorsque celle-ci avait tenté de leur échappée, Erell et lui avaient été lancé à ses trousses, et tous deux l’avaient bien vite retrouvée. Elle avait su faire preuve de pas mal d’ingéniosité et en dernier recours, de férocité. C’est certainement ce qui lui avait plu en elle. La vampire semblait si déterminée qu’il avait cru un instant qu’elle pourrait leur échapper. Mais quelle idée… qui aurait pu échapper à une équipe de choc telle que la leur sincèrement? C’était donc sur son épaule que la reine émérite avait fait le voyage jusqu’aux pieds d’Eliez.
Il ne l’avait plus revu depuis, mais Lise’ prenait toujours soin de l’informer à son sujet. Tous deux trouvaient toujours plaisant de discuter des petites idées qu’inventait son père pour pourrir la vie la jeune femme. Enfin bref, il n’allait tout simplement pas louper une occasion de s’amuser un peu et puis la perspective d’approcher à nouveau Bella ne lui déplaisait pas du tout.

Décidant d’assister tout de même à la fin du show d’Eden, il laissa passer quelques minutes puis s’engagea dans le couloir où avait disparu le petit groupe. Il passa devant plusieurs portes avant de trouver celle qui l’intéressait. D’ailleurs, il ne semblait pas le seul car une jeune fée rousse venait de s’arrêter à sa hauteur, semblant hésité à entrer.
*Ah, voilà l’encas visiblement*
Pas très compliquer de deviner qu’Eliez tentait à nouveau de faire craquer Bella en la mettant face à la tentation suprême. Attrapant le bras de la fée, il s’introduisit dans la pièce et se retrouva nez à nez avec les gardes qu’il salua d’un regard complice.

-Vous devriez aller vous amuser un peu. Je  m’occupe d’elle, j’ai ce qu’il faut.

Disant cela, il désigna la jeune rousse avec un sourire entendu. Echangeant un regard rapide, les deux gardes ne se posèrent pas deux fois la question et sortirent bien vite de la pièce. Ils le connaissaient après tout, alors pourquoi auraient-ils hésité, et puis eux aussi voulaient profiter de l’endroit pour étancher leur soif.
Se retournant vers la pièce, Lucius prit le temps de a parcourir des yeux. Elle était sommairement meublé, un canapé dans un coin, un lit dans l’autre et une foule d’instruments des plus intéressants reposant de-ci de-là dans la chambre. Son regard se posa finalement sur Bella, Lucius se rapprocha d’elle lentement, envoyant la fée s’asseoir sur le canapé. La végétarienne avait l’air mal en point. Visiblement elle n’avait pas bu depuis un moment l’odeur ambiante devait être un véritable supplice pour celle qui se refusait toujours de se nourrir normalement. Décidemment il ne comprendrait jamais pourquoi ces végétariens s’astreignait à ce régime ridicule. Les vampires étaient des prédateurs, et après tout, on ne demandait pas à un lion ou à tigre de se nourrir de plantes, alors pourquoi s’obstiner à se faire du mal ? La voir ainsi prostrée, fragile et à sa merci, l’excitait un tantinet il fallait l’avouer.
Arrivé près d’elle, il laissa la fée dans son dos et s’accroupit. Redressant presque avec douceur la jeune femme, il fit glisser ses doigts sur le visage parfait et attrapant en attrapant le menton, il la força à le regarder.

-Bonjour Bella. Ca ne va pas fort on dirait. Mais tu as de la chance, Eliez t’envoie un petit présent.

Un sourire un brin sadique étira le coin des lèvres du jeune homme envoyant ce à quoi la soif pouvait les réduire. Passant les doigts sur la gorge de l’immortelle, il plongea un regard son songeur dans le sien. Il lui serait si facile de la tuer maintenant, de faire ce qu’on lui avait interdit lorsqu’il s’était lancé à sa poursuite la dernière fois. Une partie de lui sans qu’il n’en comprenne exactement la raison en mourait d’envie alors que l’autre ne songeait qu’à s’amuser un peu.
Désignant furtivement la fée du regard, il replaça doucement une mèche de cheveux qui avait glissé devant les yeux du vampire.

-Que dirais-tu d’y gouter ?


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas

✽ Fondatrice adorée ✽ Prisonnière

avatar

Hey ! Moi c'est
Isabella M. Cullen

♦ Date d'inscription : 02/07/2013
♦ Messages : 659
♦ Points rp : 144
♦ Âge du Perso : 119 ans
♦ Localisation : Château de Forks

♦ Amour(s) : Edward, Nessie & ma famille
♦ Humeur : Calme
♦ Disponibilité rp : Libre
♦ Double(s) compte(s) : Ylisse L. Abrosiam, Ermès J. Delmonte, Eliez M. Aderdween.

MessageSujet: Re: Si l'avenir avait le goût du sang - Pv Lucius   Lun 24 Mar - 21:17






Isabella & Lucius



La soif me dévorait. Aspirant chacune de mes pensées dans un nuage de noirceur. Même si j'étais affaiblie, elle aiguisait mes sens et mes instincts de chasse. J'entendais chaque cœur battant, chaque pulsation des veines de toutes ces créatures qui se mouvaient au bon vouloir des vampires dans les pièces attenantes.

J'aurais voulu hurler, crier, jusqu'à déchirer ma gorge pour que la douleur qui l'enflammait veuille s'extraire. C'était insupportable et j'en oubliais toutes raisons de ma retenue.
Ma seule défense, le seul sens dont je pouvais m'épargner, était la vue. Je fermais solidement les yeux, la tête baissée. Mais je compris que ce refuge ne durerait pas. Il y avait soudain un petit cœur battant dans la pièce et j'entendis un vampire - sûrement l'un de ses Aderdweens - parler aux gardes.

Ils allaient me tenter ... à nouveau. Et cette fois, j'ignorais où trouver la force de me garder du sang, qui m'obsédait jusqu'à ce que j'en devienne folle. Bien entendu, je ne respirais pas. Mais peu à peu, malgré mon immobilité totale, l'odeur indescriptiblement insupportable des fées s'immisça dans mes narines. Irradiant de douleur ma gorge.

Je sentis soudainement une autre odeur, celle, agréable, de l'un mes congénères. Mais c'était un Aderdween... Autrement dit, l'un des êtres les plus abjects de l'univers. Associé à la soif, sa présence fit naitre une rage sourde en moi, une haine qui était plus dévorante que la soif elle même, me rappelant ainsi qui j'étais et ce que je ne voulais pas être.
Il était trop près de moi désormais pour ne pas me toucher. Le comble de l'insupportable. je sentis ses doigts chercher une prise sous mon menton, puis me relever la tête. Il avait une poigne solide. Bien nourrie comme il était, c'était inutile de lui résister je présume.
J'ouvris les yeux que je jetais dans les siens. J'avais si soif que mes prunelles devaient être d'une encre insondable. Et pourtant, elles ne reflétaient qu'avec pâleur la haine que j'avais pour tout ceux de son clan.

Je fis mon possible pour rester immobile. Il ne fallait pas lui donner de prise sur mon mal être. Pas être un jouet pour son divertissement. Il me contemplait avec le plaisir que j'avais deviné... Son sourire sur son visage parfait me donnait la nausée, ou bien était-ce la soif ? Tout brûlait en moi. Je ne devais surtout pas bouger. Pas céder. Sinon, j'ignorais jusqu'où je pourrais aller...

La mâchoire verrouillée, j'essayais de ne pas l'écouter. De le regarder sans le voir. De passer au travers. Je ne faisais que plonger mon regard implacable dans le sien. Mais lorsqu'il parla pour la dernière fois et que sa main effleura mes cheveux et mon visage, la colère mit de la clarté dans mes idées, je reconnu celui qui m'avait ramenée de force ici, celui qui avait mit un terme à mon espoir d'échapper. Pendant un bref instant, je compris que, sans lui, j'aurais pu fuir. Il avait participé à la mort de mon mari et désormais à mon enfer... La rage me submergea à nouveau, de façon insupportable, me faisant presque trembler. La soif devait sûrement y participer. Je n'étais plus qu'un mélange de tensions poussées à leur paroxysme.

Je ne me vis même pas bondir. Je le repoussais sur le sol d'un trait. Plaquais une main sur son torse pour l'immobiliser au moins pendant une seconde, l'écrasant de mon poids, tout cela en poussant un feulement de haine. Aussitôt et instinctivement, habitée par le démon de la faim qui prenait mon contrôle, je fondais sur sa gorge et le mordais de toutes mes forces. Mes crocs entamèrent sa chair granitique. Malheureusement, aucun sang n'en coulait...

Si ça avait été le cas, je l'aurais vidé sans le moindre regret, avec un plaisir indicible. Mais c'était un immortel. Qui plus est, mieux nourri que moi, même à l'aide de mes crocs et de ma rage d'affamée, je n'aurais jamais le dessus. En tout cas, plus pour longtemps.
J'abandonnais sa gorge dont la chair se répara aussitôt sous mes yeux en me redressant.

-La seule chose à laquelle j'aimerais goûter c'est à ta mort, dis-je sourdement.

Mais le simple fait d'avoir ouvert la bouche pour parler me fit aspirer de plein fouet l'odeur de la fée, qui tremblait à quelques mètres.

Mes doigts se recroquevillèrent du désir de la boire sur le torse de mon ennemi et pendant un vague instant mes yeux se fermèrent sous cette rafale insoutenable. De ce fait, en une seconde je me projetais à l'autre bout de la pièce, aussi loin possible de la fée. Repliée sur moi-même. Fermant les yeux, essayant d'extraire sa présence de mon esprit en me concentrant sur mon ennemi et le plaisir d'avoir pu le mordre.


Note Hors Jeu:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Hey ! Moi c'est
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Si l'avenir avait le goût du sang - Pv Lucius   

Revenir en haut Aller en bas
 

Si l'avenir avait le goût du sang - Pv Lucius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'avenir des "méchants" dans Bleach ...
» [Sollogoub, Tania] Il y avait un garçon de mon âge juste en dessous de chez nous
» S'il y avait un Titanic 2...
» Il y avait un jardin , qu'on appelait la terre ..
» Il avait le teint gris
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
After The Dawn :: Welcome to the Flood :: Archives du forum :: Archives rp VIP-